Formées en Psychogénéalogie par l’A.I.P (Association Internationale de Psychogénéalogie de Lyon, dont la marraine est Chantal Rialland), nous sommes passées de la scène privée à la scène publique; nous avons transmis cette démarche en atelier, mis au service des autres nos compétences, et les partagerons avec vous.


Jacqueline: de la généalogiste à la « génosociogrammiste »…

Grand-mère de huit petits-enfants, je me suis lancée dans la généalogie pour leur transmettre l’histoire familiale, inscrite dans l’Histoire que l’école leur enseigne.

Je suis une amoureuse des mots que j’apprends à décliner dans plusieurs langues: allemand, tchèque, espagnol ou arabe : j’aime la parole qui relie, donne sens, raconte l’autre, sa culture, son histoire, et m’enrichit.

J’aime me promener dans la généalogie et je circule dans les couloirs poussiéreux des archives « administratives » pour « mettre à jour », (ré)ouvrir les portes aux aïeux, leur rendre une place oubliée.

Ma formation de Psychogénéalogie a fait de mon histoire une aventure familiale et a permis ma rencontre avec Karine… Naissance d’une aventure « sociale »…

Karine: de la psychothérapie à la psychogénéalogie thérapeutique…

D’ici et d’ailleurs, des rivages de la mer Méditerranée à ceux de la mer Baltique, « concentré » de cultures, jai suivi les voies (voix) de la formation en psychologie clinique, puis en psychogénéalogie : certainement et(ou) avant tout, pour redonner racines et pays à une histoire familiale en errance …

J’aime le concept de  la famille, les formidables potentialités dont elle peut être gorgée, sa compétence à construire, à réparer, à innover… Mais aussi ses zones d’ombres, ses impossibles, ses blessures… La psychogénéalogie m’a (re)donné une famille et une place dans cette famille, donc, dans le monde! …

J’aime me promener dans la généalogie « psychique » et je circule dans les couloirs enchevêtrés de l’inconscient familial que je tente d’aider à « mettre à jour », (ré)ouvrir les portes aux aïeux et leur rendre une place oubliée pour donner toute leur place à leurs descendants …

Ma rencontre avec Jacqueline… Une jonction avec mon « Autre » intime et différent, la croisée de deux regards à l’indispensable complémentarité.

Pin It on Pinterest